fbpx
Les coûts relatifs aux différentes pathologies de façade

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .

Guide prix façade

Le guide des prix façade vous donnera une estimation de prix des différents travaux de façade, ainsi que des informations sur la législation de façade et sur les aides et crédit d’impôt pour réduire le coût des travaux.

Type de façadePrix minimum au m²*Prix maximum au m²*
Bardage10 €150 €
Pierre 15 €80 €
Crépi10 €75 €
Enduit20 €70 €
Peinture0 €5 €

Quels sont donc les coûts des principales pathologies auxquelles une façade s’expose avec le temps, comment se manifestent-elles et que faut-il faire ? Réponses.

Si on met de côté la toiture, la façade caractérise l’image que nous voulons donner à notre habitation. Elle est à la fois son décor et sa protection. On peut dire que c’est l’habillage de notre maison. Quels que soient les matériaux que nous avons utilisés : béton, brique, pierre, bois, etc., ils ont été choisis pour être un habillage durable et beau à voir. Ils sont prévus pour nous protéger des intempéries, du froid hivernal, de la pollution. Mais la dureté n’est pas éternelle. À l’exemple d’un être humain, la résistance de ces divers éléments constituant notre façade va s’amenuiser et leur éclat va se ternir au fil des temps. Nos belles façades vont alors subir des pathologies qui vont endommager sérieusement l’ensemble si nous ne procédons pas à temps aux traitements appropriés. Il s’agit des travaux de rénovation ou de ravalement, à faire par rapport à l’existant l’étendue des dégâts et selon nos gouts, nos possibilités financières, et également pour répondre aux contraintes réglementaires.

Les différentes pathologies d’une façade

Bien que les manifestations des pathologies de façades soient nombreuses et traduisent leurs différents niveaux d’importance, on peut les résumer en deux sortes, à savoir les décollements de l’enduit, de peintures ou des faïençages et les fissures.

Le décollement de l’enduit, du crépi et des peintures

Ces éléments jouent pour la façade deux rôles : l’ornementation et la protection. Il s’avère nécessaire de les maintenir en bon état. Des décollements plus ou moins significatifs de ces éléments, sans encore trop léser la performance technique, peuvent nuire grandement à l’esthétique de la façade.

Les fissures

Pour les fissures, c’est la stabilité et la résistance de la maison qui seront surtout mises en jeu pour donner suite à un intérieur insalubre et inconfortable. À ce propos, on distingue les fissures fines et les grosses fissures.

Les fissures fines

Les fissures fines sont souvent superficielles et ne touchent que la surface de l’enduit ou de la peinture. On les appelle également microfissures si la largeur de l’ouverture est inférieure à 2/10è de mm. Ces types de fissures ne risquent pas de porter atteinte à la totalité de l’ouvrage. Toutefois, la prudence doit être de rigueur, car une simple ouverture ou une apparence inoffensive pourra conduire à une infiltration d’eau et se révéler dangereuse.

Les grosses fissures

Par contre, les grosses fissures sont profondes (ouverture supérieure à 2 mm dans le cas d’une lézarde) et touchent l’épaisseur de l’enduit. On peut alors les qualifier de fissures actives. En présence de fissures, le problème est alarmant et peut concerner la fondation du bâtiment. C’est par exemple le cas si la fondation est construite sans qu’on ait tenu compte des caractéristiques du sol. Toujours dans ce sens, on peut aussi rencontrer les fissures traversantes, parcourant le mur de part et d’autre, la fissuration en escalier qui suit les joints des briques des pierres constituant le mur, les fissures infiltrantes, etc.

Il est donc nécessaire de traiter les fissurations selon leur nature, leur mécanisme de formation ou d’évolution, etc.

À noter qu’à part ces deux problèmes, il existe également d’autres à ne pas négliger, même s’ils sont moins importants. À ce sujet, on peut citer le changement de couleur et l’apparition de salissure sur les façades ou encore la dégradation des joints.

Les différentes causes des pathologies des façades

Causes des fissures, des décollements d’enduit ou de la peinture, du faïençage 

Ces différentes pathologies de façades peuvent avoir pour cause ou origine : 

      • Une mauvaise mise en œuvre de l’enduit.
      • Une mauvaise préparation du support avant utilisation de l’enduit.
      • L’absence de joint de dilatation.
      • Un séchage trop rapide de l’enduit.
      • Un mouvement de la maçonnerie en surface.
      • Un mouvement du sol sollicité par un tremblement de terre, ou travaux de drainage à proximité de l’immeuble.
      • Un talochage exagéré.
      • Une infiltration d’eau.
      • L’usure du temps, les intempéries, l’humidité. 

Causes du  changement de couleur et d’apparition des salissures de façade

Le changement de couleur et l’apparition de salissures sur les façades font en général suite :

    • À un ruissellement d’eau sur le mur.
    • À une accumulation des particules sur le revêtement.
    • Aux intempéries, humidité ou pollution.

Causes de la dégradation des joints

La dégradation des joints peuvent être le résultat de :

  • L’usure de temps.
  • L’action des ultraviolets dans le cas des joints souples.
  • Une mauvaise qualité des matériaux de construction utilisés.
  • Un ruissellement de l’eau sur les murs.

 Principes de traitement pathologies d’une façade

Avant, il faut noter qu’un entretien régulier de la façade vous évitera de vous retrouver dans une situation délicate. Comme ce sont les fissures qui exposent l’ouvrage à des dangers plus ou moins graves, il est important de parler d’elles et de leurs traitements en profondeur. En effet, pour les décollements (enduits, peintures, faïençage), il est plus intéressant de refaire entièrement l’enduit ou la peinture, car le fait de les traiter localement ne rehaussera certainement pas l’aspect de la façade.

Quant aux fissures, qu’elles soient fines ou profondes, elles fragilisent l’ouvrage tout en portant atteinte à l’esthétique de l’habitation. Elles sont donc dangereuses si on ne les prend pas en main rapidement. Dans tous les cas, reboucher une fissure sans connaître la nature et les causes est inutile. Le traitement a besoin d’une étude. Elle doit être examinée avec soin par un expert, étant donné que la stabilité de l’immeuble peut être en jeu. Ce dernier peut donc apporter son savoir-faire et sa technique face au problème. Lors du traitement, on s’attaque d’abord à la détection de l’origine du problème pour pouvoir remédier à la cause et stopper l’évolution. La connaissance de la nature du problème est ainsi importante.

Pour ce faire, on doit en premier placer des témoins au niveau des fissures murales pour savoir si elles sont actives ou non.

Ensuite pour la mise en œuvre, il faut ouvrir la fissure et la nettoyer afin de faciliter l’application de l’enduit de rebouchage. À ce propos, il faut bien choisir le produit à utiliser pour assurer la pérennité de la réparation. On peut également mettre de l’armature ou calicot dans la fissure pour consolider la réparation et reboucher ensuite par un mastic souple. Cette technique est utilisée pour éviter une nouvelle apparition après travaux. L’utilisation de scellement chimique constitue aussi une autre option pour réparer la fissuration. La résine polyester pour un scellement rapide est recommandée. Les réparations des fissures de façades sont coûteuses, mais elles sont indispensables pour un résultat durable.

Enfin, il faut savoir qu’il existe une procédure à suivre pour pouvoir traiter les fissures apparues sur les façades. Elle consiste à faire une déclaration à la mairie et en parallèle à informer son assureur de la gravité de la fissure.

En ce qui concerne l’expert qu’on doit parfois engager pour connaître les caractéristiques de la fissure, il n’y a pas d’honoraire fixe, car chacun d’entre eux est libre de proposer son tarif. La facture de l’expertise est assez élevée et peut varier entre 500 et 1 000 euros selon le nombre de fissures qui peut alors élargir le travail de l’expert. Quoi qu’il en soit, choisir un expert compétent et efficace s’avère judicieux, étant donné qu’une fissuration mal réparée peut mettre en danger la totalité de l’ouvrage ou/et faire baisser la valeur immobilière.

Techniques et coûts relatifs aux différentes pathologies de la façade

Sur les fissures de façade

Pour les fissures infiltrantes

Il existe plusieurs méthodes de réparation dont :

  • La technique de calfeutrement par un joint en pompe acrylique dont le prix varie de 7 euros à 30 euros au mètre linéaire ml.
  • La technique de calfeutrement avec pontage qui a un coût compris entre 20 à40 euros par ml.
  • L’injection hydraulique utilisant le gel de silice au silicate de potassium, ou l’hydrogel, de prix allant de 40 à 100 euros par ml.
  • L’injection de liant organique utilisant la résine époxydique mono ou bi composant ou par la résine polyuréthane, de prix situé entre 65 euros à 125 euros par ml.

Pour le traitement de fissure traversante

Les techniques les plus employées consistent en :

  • Une injection de liant hydraulique ou organique avec pontage dont le prix par mètre linéaire est entre 85 et 250 euros.
  • Une injection de liant organique avec pontage et protection localisée, de coût variant de 150 à 300 euros par mètre linéaire.

Pour les lézardes

Il s’agit d’un travail lourd et qui nécessite une expertise, car les lézardes peuvent être dues à un affaissement du sol sous les fondations. Les lézardes peuvent être actives. Pour stopper leur évolution, il faut injecter des mortiers sous la fondation instable ou poser un tyran de part et d’autre des murs pour éviter plus d’écartements. L’injection hydraulique et organique avec pontage est très bénéfique. À ce propos :

  • Une injection hydraulique avec pontage comme armature coûte entre 120 et 375 euros par mètre linéaire.
  • Une injection de liant organique avec pontage comme armature a un prix compris entre 170 et 420 euros.

Pour les microfissures et le décollement des joints

L’utilisation d’enduit ou de ciment ou la remise à neuf de peinture est suffisante pour les rendre imperméables et pour donner une nouvelle image aux joints de brique ou de pierre.

Selon la qualité, le prix au mètre carré de l’enduit varie entre 20 et 65 euros et celui d’une peinture de façade entre 20 et 65 euros.

Coûts des pathologies sur la couleur et l’apparition de salissures sur une façade

Les Impacts de la pollution sur les façades

La pollution qu’elle soit urbaine ou organique entraîne à la longue, un changement de couleur ainsi que de la présence des salissures aux façades. Ce sont également des pathologies de façades même s’ils ne provoquent pas une dégradation du support

La pollution peut être atmosphérique ou biologique

Les bactéries ou les algues, les champignons, les lichens, les mousses laissent sur la façade une tache de couleur verte, rouge, noire ou grise.

Dans le milieu urbain, les zones industrielles, les voitures, etc., déposent des particules dans l’air. Celles-ci, sous l’action du vent, de la pluie et de la chaleur, viennent se poser sur les façades et y laissent des taches noirâtres.

Les traitements et coûts indicatifs

Le traitement se fait selon le type de salissure qui couvre la façade. Il faut d’abord gratter les dépôts indésirables sur les murs, puis procéder à l’utilisation des produits curatifs et préventifs face aux attaques des micro-organismes. On laisse réagir les produits pendant 48 h pour les rendre efficaces.

Les produits suivant les normes écologiques et environnementales existent sur le marché.

Pour les bactéries, il y a les bactéricides ou les fongicides, pour les algues, les anti-algues ou les fongicides, pour les champignons et les mousses, les anticryptogamiques ou anti-mousse, pour les lichens, des fongicides.

Le nettoyage peut se faire par soi-même, on a alors qu’à acheter les produits énumérés précédemment. S’il se fait par un professionnel, le coût va de 35 à 90 euros par mètre carré.

Coûts des pathologies sur les joints de façade

Les signes de dégradation des joints

Les joints d’une façade jouent de nombreux rôles dans la construction. Ils permettent de lier les éléments constructifs du bâtiment. Ils peuvent aussi être des éléments décoratifs de façade. Au fil du temps, ils deviennent poreux et s’effritent. Il y aura donc infiltration d’eau qui peut engendrer des dégâts.

Le traitement et coûts indicatifs

Les joints qui décollent sont à remplacer. Quant à ceux qui s’effritent, on peut les décaper avant de les rejointoyer. Le prix se situe alors entre 30 à 35 euros au mètre carré. Le même coût est à envisager pour ceux qui se détachent, ceux qui se transforment en sable ou encore, pour ceux où des fissures existent entre eux et les briques.




Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici
Fermer le menu