fbpx
Radier : quel est l’essentiel à savoir sur cet ouvrage de maçonnerie ?

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .

Recourir au radier, qui est un type de terrassement, est souvent indispensable en construction de bâtiment. C’est le cas lorsqu’il y a un grand risque de tassement, parce que les propriétés mécaniques du sol sont inappropriées pour supporter de lourdes charges.

Mais également lorsque le bâtiment à construire est particulièrement imposant. Ce procédé permet d’assurer la stabilité de la construction. Et principalement quand les systèmes de fondation usuels sont insuffisants. Que faut-il alors comprendre à propos du radier ?

Le radier : c’est quoi et à quoi il sert ?

Le radier est l’appellation commune de quelques ouvrages servant à supporter certaines constructions qui doivent avoir une assise solide. Ce sont notamment les écluses, les maisons, etc.  Dans son acception moderne, c’est une coulée de béton déposée sur toute la surface d’une future construction. Sa principale utilité consiste à répartir les charges du bâtiment. Mais il sert aussi à permettre d’ériger un bâtiment sur un terrain instable où le bon sol se trouve à une profondeur conséquente, et dont la construction sur de simples fondations est déconseillée.

On lui trouve aussi d’autres avantages, à ne citer que sa qualité en termes d’isolation thermique. En tout cas, il s’agit d’un ouvrage dont la conception est très technique. Par conséquent, il nécessite une étude et des calculs approfondis. Sans cela, on risque de produire un radier peu sécuritaire.

Le radier est-il utilisable dans toutes les situations en présence ?

Le radier ou dalle flottante, compte tenu de son propre poids, est peu recommandé dans le cas de terrain dont la portance est trop réduite. Dans une telle situation, on lui préfère d’autres systèmes de fondation plus sûrs, comme le dispositif sur pieux et longrines. Celui-ci est même la solution idéale s’il s’agit de sols marécageux ou encore de sol composé intégralement de terres rapportées.

Toutefois, cette alternative au radier, coûte en général un peu plus cher. Il en est de même pour un sol stable, où les constructeurs privilégient les fondations de type « directes » ou sur semelles. Elles sont de plus moins coûteuses.

Radier de fondation : comment le concevoir  ?

La mise en œuvre d’une fondation au radier nécessite certains préalables, à commencer par l’étude du sol. Il est aussi essentiel pour l’ingénieur en charge de l’étude d’analyser l’interaction du sol avec la charge apportée par le bâtiment à construire sur toute la surface. Pour ce faire, il lui faut alors se référer au plan de la construction.

L’idée est de trouver la bonne dimension et la bonne configuration du radier. Autrement dit, celles offrant la meilleure répartition des charges. Différents types de radier en ressortent. Parmi lesquels, on peut citer le radier plat qui s’avère être le plus commun, le radier nervuré qui consiste en un enchevêtrement de grandes poutres permettant de raidir une dalle à épaisseur insuffisante.

Mais à côté de cela, il y a aussi le radier champignon qui se destine aux grands bâtiments à cause de son caractère imposant. Il est surmonté de poteaux et de champignons sur lesquels les charges sont distribuées. Et enfin, le radier voûté, très mince (entre 15 et 20 cm), qui est constitué de voûtes reliées par des poteaux et des tirants en acier.

Qui réalise le radier de fondation ?

En plus du fait qu’il faut une étude de béton armé, la mise en œuvre de ce type de fondation est on ne peut plus complexe. Une des raisons est qu’il faut obtenir les dimensions correctes, au risque de déstabiliser la structure qui va suivre. Considérant les différentes sortes de radiers, si certains sont moins dispendieux en matériaux, ils seront emplis de technicité, et vice versa.

Dans tous les cas, confiez à des professionnels les travaux touchant la pose du radier de fondation. Il peut s’agir du constructeur lui-même ou d’un terrassier spécialisé appuyé de leur ingénieur. Ceux-ci ont l’équipement et la maîtrise de la technique permettant d’assurer une réalisation plus que correcte et surtout sécuritaire.

Le prix d’un radier

Le prix d’un radier de fondation fluctue beaucoup entre 25 à 50 euros le m², tandis que le béton s’élève à 100 euros le m3. Bien entendu, les prix détaillés et avec une plus grande précision s’obtiennent par l’établissement d’un devis auprès d’un professionnel ou sur notre formulaire de devis.

Pour illustrer, nous allons prendre le cas d’une maison de 100 m², impliquant donc la construction d’un radier de 100 m², épais de 20 cm. Pour ce cas, le radier coûte 34 euros le m² et se détaille comme suit :

–        Un béton de radier de 130 euros le m3, soit 2 600 euros les 100 m².

–        Pour le coffrage, on aura besoin de parpaing de 0,95 euro/unité. Sur une maison de 15 m de long x 7 m de large, le nombre de parpaings nécessaire est de 88. Ce qui nous fait 84 euros.

–        Il faut également installer un film géotextile. Les 20 m² coûtent 21 euros. Ce qui donne 105 euros pour cette surface de 100 m².

–        Sachant que ses dimensions sont de 2,4m x 1, 2 m, et que les aciers possèdent un diamètre de 7 mm, le prix d’un treillis soudé est de 18 euros. En faisant le calcul, cela nous fait 630 euros sur une maison de 100 m².

En tout, le prix d’un radier de 100 m² va mobiliser un budget de 3 400 euros pour les seules fournitures.




Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici
Fermer le menu